Magazine "Tendaces & Habitat", parution juin 2014 : "Portrait d'artiste"

Si j'étais :
 
- une couleur : J'aime toutes les couleurs, elles sont complémentaires. J'ai une attirance particulière pour le bleu. Il nous emmène dans le grand inconnu du ciel et les profondeurs de la mer; Le bleu calme et apaise, nous entraîne dans une humeur méditative, il apporte de la profondeur, il est immatériel, c'est le symbole de l'âme, du renouveau, de la mutation. Le bleu allège les formes, les ouvrent. Les égyptiens considéraient le bleu comme la couleur de la Vérité.
 
- une matière : en tant que sculpteur, j'aime travailler des matières aussi différentes que la terre, le métal, la pierre...elles sont autant de sources d'inspiration et de créations différentes. Les minéraux me parlent beaucoup, je ramasse des cailloux et en fais quasiment des collections.
 
- une pièce : mon atelier, en fait il envahit ma maison. J'ai un atelier pour travailler le métal et entreposer mes machines, outils et produits divers, mon séjour petit à petit est devenu aussi un atelier de travail et deux chambres sont remplies de matériaux divers.
 
- un animal : Les chiens et les chats. Ils sont là pour nous accompagner sur notre chemin de vie et nous donnent, si nous prenons le temps de les observer, quelques leçons de vie. Les chiens nous montrent le chemin de l'amour inconditionnel et les chats celui de la liberté.
 
- un monument historique : les pyramides de Gizeh ou un temple égyptien (peut-être parce que j'ai travaillé, dans ma première vie, au département des Antiquités Egyptiennes du Musée du Louvre) ou une Cathédrale.
 
- une ville : engloutie comme Philae (en Egypte) sauvée des eaux ou pourquoi pas l'Atlantide (qui en fait correspondrait plutôt à un continent)
 
- un objet : une bougie, éphémère et si lumineuse. Un tableau, une sculpture ou un livre qui me parle au-delà des apparences.






Télévision "Direct 8" (D8), Emission "ZAP'8" du 11 novembre 2005

Interview et présentation d'oeuvres d'art de Christine Miller et de Caroline Tresca.
Animatrice : Rachel Bourlier

"L'aube de l'être" par Alain FENET



A l’aube d’une nouvelle conscience, elle purifie ses contraires, toute immaculée de blancheur, elle assiste à la naissance du soi en toute sérénité.
L’invisible accomplit  son œuvre et s’incarne dans une transformation subtile.
L’enfantement d’un nouveau monde œuvre au-delà des dualités avec l’essence de l’être.
Elle se déploie entre terre et ciel, entre passé et futur, son corps prend racine dans la mouvance du présent.

 
"Le corps comme un signe" par Alain FENET
 
Le travail de Christine Miller nous montre des corps en tension dans le franchissement d’un espace, ils pourraient simplement signifier un ultime saut à la limite du possible, comme un signe reconnaissable de nos potentiels cachés.
Mais au-delà des apparences, le sculpteur nous parle également du voyage intérieur, que l’on entreprend avec le désir de créer, car ces corps sont des passeurs qui d’une rive à l’autre nous rappellent notre origine et notre part d’immatériel.
L’espace et le corps, sujet privilégié de la sculpture, deviennent avec Christine Miller une porte sacrée où la lumière appelle à la transparence et nous invite au voyage.  
Ne nous trompons pas, le sujet cache une autre question plus grave, celle que posait déjà Gauguin, qui sommes-nous, où allons-nous, ces thèmes éternels sont toujours présents dans l’acte de création et guident le travail de Christine. 


Interview de Christine Miller, par Patricia FOSSE

Patricia : Christine, ton métier est directement en relation avec la créativité puisque tu es sculptrice.
Veux-tu nous dire quelques mots de ton parcours professionnel ?


Christine : Après des études d'Art et d'Histoire, je travaille quatre ans au département des Antiquités Egyptiennes au Musée du Louvre. Puis, changement de vie totale : un départ pour l'Afrique Noire à Cotonou au Bénin durant deux ans où je travaille avec des potiers africains, je peins et fais de la gravure. Puis je passe quatre années en Nouvelle Calédonie à Nouméa où je continue à peindre et où le hasard de la vie me fait découvrir le monde de l'audiovisuel pour lequel je fais des émissions sur l'Art à la radio et à la télévision. En rentrant à Paris, je poursuis mon aventure audiovisuelle en tant que journaliste à la télévision, elle durera seize ans. En 1999, ma première passion, l'Art, me rattrape, la sculpture s'impose à moi et depuis le besoin de créer ne m'a plus quitté. Aujourd'hui, je travaille avec des galeries, je participe à des expositions et je transmets ce que j'ai appris en donnant des cours.

Patricia : Comment t'es venue ta vocation ?

Christine : On ne choisit pas de créer, l'Art s'impose comme une nécessité vitale. Depuis toujours, j'ai éprouvé le besoin de créer. Petite, j'aimais dessiner. Je savais inconsciemment que l'Art était ma passion profonde et j'en ai eu la confirmation plus tard. Etudiante en Histoire de l'Art, j'ai vécu de grands chocs émotionnels en étudiant la peinture de Vermeer, de Turner, des primitifs italiens et bien d'autres, ils sont si nombreux. Des voyages en Italie, en Egypte m'ont fait vivre l'Art de l'intérieur, in situ, quelle émotion ! C'est une multitude de moments émotionnels forts qui m'ont fait comprendre que c'était ma voie.

Patricia : Qu'est-ce que la créativité pour toi ?

Christine : C'est aller vers le plus profond de soi. C'est franchir une porte vers un chemin inconnu, un chemin qu'on mène avec soi-même, il est sans fin, sans limite. C'est aller chercher la chose la plus élevée qu'on souhaiterait pouvoir atteindre un jour. L'Art porte à l'élévation de l'Ame. Le sens se découvre avec la forme, c'est magique. C'est aussi chercher à découvrir le sens profond de notre humanité. C'est aussi aller vers l'autre et partager. La créativité se découvre dans chaque instant de la vie. C'est être là, au bon moment, dans l'instant présent.

Patricia : Quels artistes incarnent la créativité pour toi ?

Christine : Ils sont si nombreux. Il y a des familles d'artistes, ceux dont on se sent plus proches pour diverses raisons, de forme, de fond et de sens. Pour moi, ce sont, entre autres, tous ceux qui élèvent mon âme. Je citerai Giacometti, Rodin, Camille Claudel, Henry Moore, Picasso pour son génie total, Calder pour son âme d'enfant, Manolo Valdès, Davis Smith, précurseur du métal, Pompon pour les animaux, bien sûr Bonnard pour ses couleurs, Matisse, Vermeer etc...

Patricia : Comment te viens l'inspiration ?

Christine : Grande question sans réponse. L'acte créatif est tellement mystérieux. Ce sont des moments magiques, insaisissables où l'on est habité par des pulsions très fortes. Cela ne se décide pas. Parfois il me semble que ce sont mes mains qui créent et non moi. Il y a des moments de fortes créativités et des moments où je suis à l'arrêt, des moments de frustration où je n'ai pas le temps de créer car je suis dans l'obligation d'avoir des activités extérieures, ce qui perturbe le chemin de la création car il faut être tout entier dedans et si possible au quotidien.

Patricia : Est-ce que tu as des trucs pour déclencher ta créativité ? Fais-tu quelque chose de particulier pour te mettre en état de créativité ou le rester ?

Christine : J'ai besoin de temps devant moi, de faire le vide afin de me retrouver avec moi-même pour rentrer dedans. J'ai besoin de calme, de silence, éventuellement de musique qui me portent quand je travaille seule chez moi. Parfois je crée dans d'autres ateliers si les échanges d'énergies sont porteurs.

Patricia : Est-ce que tu es dans un état de conscience particulier quand tu crées ?

Christine : Je suis dans un état de conscience modifiée comme transportée ailleurs. Il n'y a plus d'espace temps, je suis dedans.

Patricia : Lorsque tu sculptes considères-tu que tout le temps que tu réalises ta sculpture tu es en état créatif ou à certains moments particuliers ?

Christine : A certains moments particuliers. Au moment où j'ai l'inspiration et où je commence ma création (c'est un peu comme l'écrivain devant sa page blanche, je pense). Lorsque j'en arrive aux problèmes techniques et à la finition, c'est moins nécessaire.

Patricia : Est-ce qu'il t'arrive d'être bloquée au niveau de ta créativité ou d'être en panne d'inspiration ? Par quoi  ou pour quoi ?

Christine : Bien sûr. Parfois, je suis à l'arrêt. Cela ne se décide pas. Parfois aussi, je ne suis pas assez disponible dans ma tête pour créer,  je ne suis pas assez centrée.

Patricia : Certains disent que tous les êtres humains sont créatifs. Qu'en penses-tu ?

Christine : Chaque personne est unique et peut apporter sa part de créativité où d'autres personnes vont se reconnaître. Il faut juste trouver le domaine qui nous corresponde et ce pour quoi nous sommes faits. Pour cela il faut écouter sa petite source intérieure (et elle fait peu de bruit), lâcher prise, avoir confiance et se laisser guider. Nous ne sommes pas égaux aux niveaux de nos sens, pour certains ce sera l'oreille, d'autres le goût, d'autres l'oeil ou le toucher et certains auront plusieurs sens très développés simultanément.
Mais nous ne sommes pas non plus tous égaux sur le cadeau que la vie nous fait. Certains auront un don particulier pour créer. Quoi qu'il en soit, il faut oser et beaucoup travailler (le temps est la matière première de la construction de soi et de la création).

Patricia : Y-a-t-il quelque chose que tu voudrais ajouter sur ce sujet ?

Christine : L'homme a besoin de créativité pour vivre